Pierre-François-Léonard FONTAINE (Pontoise 1762 - Paris 1853)

Lot 6
Got to lot
Estimation :
12000 - 15000 EUR
Result without fees
Result : 17 000EUR
Pierre-François-Léonard FONTAINE (Pontoise 1762 - Paris 1853)
Vue de la Façade du Palais du Corps Législatif du côté de la Seine. Aquarelle sur traits de crayon noir 31,6 x 25 cm Numéroté «50» en bas à gauche On joint deux plans du Corps Législatif par Fontaine CB SUITE D'AQUARELLES DE VUES DE PARIS Pierre François Léonard FONTAINE (1762-1853), commande du Tsar Alexandre Ier Sans Fontaine, Percier n'aurait pas percé, Paris ne serait pas Paris, Napoléon n'eût pas donné autant de style à son Empire. Né en 1762, Pierre-François-Léonard Fontaine - PFL « acronymerait » on aujourd'hui par goût du raccourci - eût la chance de cheminer quatre vingt onze ans (il meurt en 1853), mais à cent à l'heure. Car pour suivre l'Empereur dont l'adage « ce qui est grand est beau » s'appliquait à toutes les disciplines, il fallait une capacité de travail phénoménale, ainsi qu'une célérité à laquelle on ne pouvait déroger. D'ailleurs après les mises en scènes du couronnement, Percier décroche de l'attelage impérial. Il se consacrera plus spécialement à l'école d'architecture et aux dessins relatifs à leurs publications communes, tandis que Fontaine prend la tête des entreprises impériales parisiennes le 22 février an XIII (13 décembre 1804); avec le titre interminable d « architecte du Palais des Tuileries, du Louvre et dépendances, des manufactures impériales des tapisseries des Gobelins et des tapisseries de la Savonnerie, des magasins de marbre et de tous les bâtiments de la couronne situés dans l'enceinte de la ville de Paris ». Il lui faudra attendre 1813 pour recevoir le titre officiel de Premier Architecte de Sa Majesté l'Empereur et Roi, titre dont il exerçait officieusement les fonctions depuis longtemps. À la Restauration, Louis XVIII, dans un souci de réconciliation nationale, garde en poste de nombreux fidèles de l'Empereur, dont Fontaine, bien qu'il ait été un des fervents admirateurs de Napoléon. Même après les Cents Jours, pendant lesquels il s'était rallié à « l'homme extraordinaire », Fontaine reste en place. Il faut dire que cet ar
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue